Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Who's who    Robert Halleux

Robert Halleux

18/08/1946
Né à Villers-l’Évêque, le 18 août 1946.

Membre titulaire de la Classe Technologie et Société. Élu membre le 27 mars 2010.

Docteur en philosophie et lettres (philologie classique). Élève diplômé de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Agrégé de l’enseignement supérieur. Historien des sciences et des techniques.

Directeur de recherches du FNRS. Professeur à l’Université de Liège et à l’Université de Mons-Hainaut. Directeur du Centre d’Histoire et des Techniques de l’Université de Liège. Secrétaire perpétuel de l’Académie internationale d’Histoire des Sciences (Paris).



Qualités
Académie / Classes / Technologie et Société / Membre titulaire
Académie / Collèges / Belgique / Conférencier
Académie / Commissions / Internes / Commission de la Biographie nationale / Classe Technologie et Société
Cours-conférences au Collège Belgique
DateCours-conférenceLeçon
03/03/2009L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte internationalSources, concepts et méthodes de l'histoire des techniques
17/03/2009L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte internationalLa période préindustrielle
31/03/2009L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte internationalLes techniques de la Révolution industrielle (1750-1850)
14/04/2009L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte internationalLes techniques de la deuxième industrialisation (1850-1950)
28/04/2009L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte internationalPériode post-industrielle ou troisième industrialisation?
27/02/2013Les chemins de l’innovation dans l’histoire industrielle liégeoiseLes chemins de l’innovation dans l’histoire industrielle liégeoise
30/04/2015La naissance des politiques scientifiques en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles)Science et grandeur des États
07/05/2015La naissance des politiques scientifiques en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles)Les outils d’une politique
Audios
L'histoire des techniques en Belgique dans son contexte international - Pour appréhender la problématique de l'évolution technologique, la Belgique constitue un terrain de choix. On sait qu'elle a été un foyer de ce que l'on est convenu d'appeler la Révolution industrielle. Pour amorcer la réflexion (première leçon), on partira d'une histoire de l'histoire des techniques, depuis l'heurématographie antique jusqu'à la sociologie de l'innovation, et on s'efforcera de situer la discipline dans le territoire de l'historien par rapport aux disciplines connexes. Le fil conducteur des leçons 2, 3 et 4 sera la notion de système technique telle que l'a définie Bertrand Gille, c'est-à-dire un ensemble organique de matériaux, de sources d'énergie, de mécanismes de transformation. Ainsi, la période préindustrielle du XIIe au XVIIIe siècle utilise l'énergie de l'eau, du vent, des êtres vivants, les silicates, les métaux non ferreux et le fer au charbon de bois. On considérera la Révolution industrielle (1750-1850) comme un changement de système technique. La machine à vapeur détrône la roue hydraulique, le coke remplace le charbon de bois, le puddlage remplace la méthode wallonne. Par l'analyse interne des procédés et des mécanismes, on démêlera les transferts de technologie et les traditions locales dans le domaine du textile, du verre, des non ferreux, de la mine et de la métallurgie, et on mettra en lumière les savoirs sous-jacents et leurs modes de transmission. À la deuxième industrialisation (1850-1950), les figures emblématiques de Gramme, de Lenoir, de Solvay masquent l'émergence d'un troisième système : la vapeur recule devant l'électricité et les moteurs à combustion interne, l'acier remplace le fer, tandis que débute l'industrie chimique (soude, colorants, carbochimie, pétrochimie). Ce changement de paradigme implique des mutations dans les savoirs (rapprochement science-industrie, essor de l'enseignement technique). La dernière leçon traitera de la période post-industrielle ou troisième industrialisation. La deuxième moitié du XXe siècle est souvent qualifiée de post-industrielle, puisqu'elle voit la fin de l'industrie lourde. On pourrait pourtant y voir la mise en place d'un nouveau système, avec de nouvelles énergies et nouveaux matériaux avec les deux mutations majeures que sont les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Responsable académique et coordinateur : Robert Halleux
Actualités
DateTitre
3 mars 2009Leçon à Namur par Robert Halleux
17 mars 2009Leçon à Namur par Robert Halleux
31 mars 2009Leçon à Namur par Robert Halleux et Philippe Tomsin
14 avril 2009Leçon à Namur par Robert Halleux et Philippe Tomsin
28 avril 2009Leçon à Namur par Robert Halleux
2 juin 2010Séance de réception des nouveaux Membres et Associés : photographies et discours
12 juillet 2010La démocratisation de la culture, la représentation des sciences dans les médias et la révolution industrielle : nouveaux cours à écouter
19 juillet 2010La représentation des sciences par les journalistes, l'histoire et la mémoire et la deuxième industrialisation sont à écouter dans l'Audiothèque
26 juillet 2010Les mythes de la Première Guerre mondiale, la période post-industrielle et la représentation de la science par les journalistes : les leçons à écouter
15 mars 2011Robert Halleux en conférence à Liège sur le thème « Les mutations industrielles du bassin liégeois »
12 septembre 2014Colloque international : Les prémices des Lumières en Europe orientale. Autour du prince roumain Dimitrie Cantemir (1673-1723)
26 mai 2015Robert Halleux, une perspective unitaire de l’histoire de la science et de la technique inspirée par le matérialisme historique !