Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Le mal de l’insensibilité. Une analyse phénoménologique
Lieu
Site
Bruxelles
Immeuble
Palais des Académies
Local
Salle à déterminer
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Activités    Le mal de l’insensibilité. Une analyse phénoménologique
Jeu
02  05
17:00
Inscriptions
clôturées
Jeudi 2 mai 2019 à 17 heures
Bruxelles – Palais des Académies – Salle à déterminer
Le mal de l’insensibilité. Une analyse phénoménologique
Économistes, sociologues et philosophes dénoncent aujourd’hui un monde social investi de structures économiques et politiques qui en nient la dimension sensible. Le mal de la modernité ne se laisse plus penser comme seule sensibilité, comme c’est le cas dans la tradition kantienne, ni même comme simple absence de pensée, comme le dit Arendt du mal en sa banalité, mais comme un mal de l’insensibilité. C’est de ce mal moderne que ce cours entend proposer une analyse phénoménologique. Si la phénoménologie fait d’abord retour au sensible, lui redonnant toute sa valeur — certains économistes et sociologues se réfèrent à cette tradition pour proposer des modèles politiques et économiques alternatifs —, la phénoménologie permet également de penser la racine de l’insensibilité et de redéfinir le mal qui s’ensuit. Merleau-Ponty pense l’insensibilité comme refoulement d’un monde commun, structuré par les blessures historiques et les traumas passés. Michel Henry pense l’insensibilité comme négation de la subjectivité vivante et affectée, d’une vie qui ploie sous le poids de sa propre souffrance et se déprend de soi. Levinas pense le « mal élémental » comme résultant d’une longue négation du corps, et l’insensibilité comme négation de l’altérité. Le premier objectif de cette leçon est de repenser les structures politiques et économiques actuelles à l’aune de ces différentes descriptions de l’insensibilité. Le second objectif est de redéfinir le « mal » au-delà d’un simple « concept de la raison ». Ce sont nos corps souffrants qui se trouvent affectés par les lois insensibles qui prétendent les régir et les réguler — d’où le mal éminemment sensible de l’insensibilité.
Programme
17:00
19:00
Le mal de l’insensibilité. Une analyse phénoménologique
Intervenant
Documents préliminaires
Bibliographie thématique du cours-conférence - format pdf
Photos
Photo Philippe Molitor