Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférencier
Matières
Matière
Sciences biologiques et médicales
Cours-conférence
Don d'organes après euthanasie
Lieu
Site
Palais des Académies à Bruxelles
Local
Salle à déterminer 2
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Activités    Don d'organes après euthanasie
Mardi
20  02
18:00
Inscriptions
clôturées
Mardi 20 février 2018 à 18 heures
Palais des Académies à Bruxelles – Salle à déterminer 2
Don d'organes après euthanasie
La pénurie d'organes reste un problème majeur malgré la loi de 1986 et les diverses initiatives et campagnes. Il en résulte une mortalité élevée en liste d'attente : 2 patients en moyenne décèdent chaque semaine en Belgique faute d'avoir pu recevoir un organe à temps.
Cette pénurie doit faire l'objet d'une préoccupation sociétale qui déborde le cadre médical.
Le sujet est donc d'intérêt général.
Après description de la situation actuelle en la matière, les divers types de donneurs d'organes seront abordés : donneur vivant, donneur en mort cérébrale, donneur à cœur arrêté, don d'organes après euthanasie.
Sur base des chiffres colligés par la commission nationale de contrôle de l'euthanasie, en considérant qu'environ 10% des patients dont la demande d'euthanasie est acceptée pour une affection non néoplasique, dont le décès n'est pas attendu à brève échéance, sont des donneurs potentiels d'organes, il est estimé qu'environ 200 patients par an, dont la demande d'euthanasie répond aux critères légaux, seraient des donneurs potentiels d’organes contre environ 300 donneurs décédés d'autre nature. L'apport serait donc considérable.
Entre 2005 et 2016, 30 patients décédés en Belgique après euthanasie ont donné leurs organes (13 sur les 2 dernières années).
À ce jour, il s'est toujours agi d'une offre spontanée de don d'organes par un patient dont la demande d'euthanasie avait été préalablement acceptée. Une question beaucoup plus délicate concerne l'évocation du don d'organes par le médecin auprès d'un patient qui ne s'est pas exprimé à ce sujet.
Sur le plan éthique, il serait bien entendu inacceptable de conditionner l'acceptation du don d'organes à l'acceptation de la demande d'euthanasie.
Les deux démarches doivent donc être séparées très clairement, même si les deux procédures se chevauchent dans le temps.
Programme
18:00
20:00
Don d'organes après euthanasie
Intervenant
Photos
Photo Philippe Molitor