Beautés structurales de l'ADN

Jeudi 03/05/2012 – 17h00

L’histoire de l’ADN et ses implications scientifiques, techniques et philosophiques que ce cours évoquera commence à la fin du 19ième siècle avec la «nucléine» de F. Miescher.

Elle connaît un premier point culminant en avril 1953, lorsque Jim Watson et Francis Crick révèlent sa structure en double hélice. La leçon 1 du cours (Une passion pour l’ADN) expliquera comment Watson et Crick, âgés à l’époque respectivement de 24 et 37 ans, ont conçu, après à peine un an de travail de réflexion et d’analyse, le modèle correct alors que Linus Pauling lui-même (Nobel de chimie 1954), quelques semaines avant eux, publiait un modèle incorrect. L’explication de cette découverte, malgré qu’elle soit une des plus belles pages de la science, est rarement présentée en détail car considérée comme trop technique. Dans cette leçon, une approche didactique originale faisant appel à une démonstration visuelle, va permettre à chacun de saisir pleinement la démarche des deux découvreurs de l’ADN. La 2ième leçon (Beautés structurales de l’ADN) traite encore de structure mais en montrant, à nouveau de manière essentiellement visuelle au moyen de modèles, comment les mathématiques et la topologie rencontrent certaines propriétés superstructurales fascinantes de l’ADN. Enfin, la dernière leçon (L’ADN et l’explication du vivant) mettra l’accent sur la révolution scientifique et technologique qui a suivi cette découverte. Certaines nanotechnologies commencent à exploiter les propriétés physicochimiques de cette remarquable molécule mais l’ingénierie ou la manipulation génétique, née dès les années 70, a conduit à une compréhension et à une maîtrise absolument inédites du vivant. En réalité cependant, l’information génétique écrite dans l’ADN n’est pas seule à déterminer les caractéristiques biologiques d’un individu. Cette leçon sera donc aussi consacrée au déterminisme non génétique (c’est-à-dire épigénétique). Bien que son rôle ait été perçu il y a bien longtemps, il fut quelque peu oblitéré au bénéfice d’une vision triomphaliste et simpliste du «tout ADN». Aussi l’ère de l’ADN ouverte en 1953 avec la structure de l’ADN, poursuivie avec cet autre point d’orgue que fut le génome humain en février 2001 est appelée à se prolonger par une ère de l’épigénomique.

Ce cours-conférence veut livrer au public non spécialiste une vision multidisciplinaire (avec les éclairages du biologiste, physicien, mathématicien, philosophe) rigoureuse mais accessible du vaste domaine de l’ADN. Le sujet est particulièrement important dans la mesure où, plus que d’autres découvertes, l’ADN a ouvert à des progrès techniques et biomédicaux majeurs mais que d’autres, déjà prévisibles, ne manqueront pas d’influer sur l’avenir de nos sociétés. Le cours se terminera par un échange informel sur les interrogations philosophiques et éthiques nées dans le sillage de la découverte de l’ADN, celui de l’homme en particulier.


Responsables

Nom & prénom

   

Fonction

Amand Lucas

   

Responsable académique

   

Jean Vandenhaute

   

Coordinateur

   

Dominique Lambert

   

Conférencier

   

Matière

Matière

Sciences et technologies

Cours-conférence

À la quête du secret de la vie


Programme

Heure

   

Leçon

   

Conférenciers

17h00 - 19h00

   

Beautés structurales de l'ADN

   

Dominique Lambert

     

Lieu

Site

Palais des Académies

Immeuble

 

Local

Salle à déterminer

Adresse

Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles


Galerie


Top