La rousseur infamante

Jeudi 09/10/2014 – 17h00

"Si le groupe se sent en état d'altérité par rapport à l'un de ses membres, il en fait sa victime" (Jacques Laurent). Les personnes rousses savent combien cette remarque est judicieuse. Depuis l’Antiquité, en effet, l’imaginaire collectif a associé la couleur rousse à la sexualité et au mal. Du Dieu Seth des Égyptiens, dieu de la concupiscence dévastatrice, au traître Judas, au diable lui-même (le langage populaire ne le surnomme-t-il pas l’homme ou le prince roux?) à ses suppôts terrestres, sorcières et autres êtres malfaisants, la rousseur symbolise l’impureté malsaine, la sensualité lascive, la liaison intime avec les puissances diaboliques. S’il fait peur, le roux - et davantage encore sans doute la femme rousse - fascine et intrigue, constitue un réservoir inépuisable de fantasmes. L'ouvrage Réflexions sur la question rousse, que j’ai publié chez Tallandier en 2007, se veut une enquête au cœur même du préjugé, sorte d'archéologie de l'idée reçue. Les résultats sont surprenants et transcendent l'apparente futilité de la thématique. La multiplication rapide des réseaux sociaux et le succès des blogs a ravivé une discrimination qui, il y a peu, semblait définitivement s'estomper. Nous assistons aujourd'hui à un retour transfiguré du préjugé, dont s'emparent la presse et le cinéma. Le délit de rousseur est pointé du doigt, impunément, échappant à la censure vigilante du politiquement correct…


Responsables

Nom & prénom

   

Fonction

Valérie André

   

Coordinateur

   

Valérie André

   

Conférencier

   

Matière

Matière

Société, lettres et arts

Cours-conférence

La rousseur infamante


Programme

Heure

   

Leçon

   

Conférenciers

17h00 - 18h00

   

La rousseur infamante

   

Valérie André

     

Lieu

Site

Palais des Académies

Immeuble

 

Local

Salle à déterminer

Adresse

Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles


Galerie


Top