La ville verticale

Jeudi 01/10/2015 – 17h00

L'accroissement de la population mondiale et sa concentration en ville conduit à une occupation excessive du sol par les constructions.
La petite ville de 30.000 habitants pouvait encore raisonnablement se concevoir jusqu'à maintenant en constructions de 4 à 5 niveaux mais elle consomme trop de territoires naturels ou agricoles.
La plus grande ville monocentrique aggrave encore la situation avec le coût de ses réseaux de toute nature qui croît hors proposition.

La ville polycentrique composée de petites villes, où la majorité de biens et de services est produite et consommée localement, permet de maîtriser le coût de ses réseaux.
Pour en libérer le sol, il est cependant nécessaire de construire en hauteur.
Les progrès techniques et scientifiques de ces dernières décennies permettent dès à présent d'envisager chez nous de très hautes constructions, au coût global (réseaux compris) de nos constructions actuelles pour autant qu'elles soient regroupées de manière ordonnée, reliées entre elles par des réseaux, ponts à 40 ou 50m au-dessus du sol, pour former des petites villes verticales.

Une nouvelle architecture de tours reste à concevoir avec des rues verticales éclairées et ventilées naturellement, offrant des perspectives et ponctuées par des placettes aériennes.
Cette architecture peut parfaitement satisfaire les besoins de l'âme et de l'esprit ainsi que nos sens et besoins physiologiques.


Responsables

Nom & prénom

   

Fonction

Philippe Samyn

   

Responsable académique

   

Philippe Samyn

   

Coordinateur

   

Philippe Samyn

   

Conférencier

   

Matière

Matière

Sciences et technologies

Cours-conférence

La ville verticale


Programme

Heure

   

Leçon

   

Conférenciers

17h00 - 19h00

   

La ville verticale

   

Philippe Samyn

     

Lieu

Site

Palais des Académies

Immeuble

Écuries royales

Local

Écuries royales

Adresse

Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles


Galerie


Top