Le soi-disant réseau « Gladio » en Belgique. Etait-ce l'instrument d'un complot d'extrême droite ? Qu’en penser un quart de siècle plus tard ?

Mercredi 18/11/2015 – 17h30

L’affaire dite « Gladio » a éclaté en Belgique le 7 novembre 1990 lorsque le ministre de la Défense nationale de l’époque, Guy Coëme, fut saisi par son homologue italien d’une demande de renseignements relative à un réseau international clandestin, dénommé Gladio. Le lendemain, courroucé le ministre se plaignait d’avoir été tenu dans l’ignorance d’un pareil réseau à ramification internationale ; dans sa colère il évoqua un certain nombre de dossiers non élucidés - le WNP (Westland New Post), les tueries du Brabant notamment - sous-entendant clairement qu’il était du domaine du possible qu’il y avait un lien entre ce réseau et les affaires qui avaient défrayé la chronique dans les années 1980. C’était le début d’une série d’enquêtes, et principalement de la mise sur pied d’une Commission d’enquête parlementaire menée par le Sénat. Depuis un quart de siècle les fantasmes et les rumeurs les plus folles continuent à alimenter les chroniques qui ne veulent voir dans les réseaux « stay behind » que des instruments contaminés par l’extrême-droite et manipulés par les Américains.


Responsables

Nom & prénom

   

Fonction

Hervé Hasquin

   

Responsable académique

   

Hervé Hasquin

   

Coordinateur

   

Hervé Hasquin

   

Conférencier

   

Matière

Matière

Société, lettres et arts

Cours-conférence

Le soi-disant réseau « Gladio » en Belgique. Etait-ce l'instrument d'un complot d'extrême droite ? Qu’en penser un quart de siècle plus tard ?


Programme

Heure

   

Leçon

   

Conférenciers

17h30 - 19h30

   

Le soi-disant réseau « Gladio » en Belgique. Etait-ce l'instrument d'un complot d'extrême droite ? Qu’en penser un quart de siècle plus tard ?

   

Hervé Hasquin

     

Lieu

Site

Liège

Immeuble

Palais provincial

Local

Salle de conférences

Adresse

,

Top