Les Publications / Toutes les publications / Hasquin Hervé - Le soi-disant « Gladio belge »

Hervé Hasquin
Le soi-disant « Gladio belge »

Aux origines du désamour d'un pays et de ses services secrets

La découverte en 1990 de réseaux clandestins en Europe occidentale enflamma les spéculations et les fantasmes. Le « Gladio belge », à l’image de son homologue italien, était-il impliqué dans les actes de banditisme sauvage des années 80 ? Était-il vraiment chargé d’organiser dans le plus grand secret le départ de Belgique du gouvernement vers des lieux sûrs en cas d’occupation ? Avait-il participé à la « stratégie de la tension » pour favoriser l’instauration d’un régime autoritaire ? Avait-il partie liée à l’extrême droite ?

L’après Gladio a accouché d’une méfiance quasi pathologique à l’égard des méthodes de renseignement. Le souci du politiquement correct, la peur d’être taxé de racisme, de xénophobie ou d’islamophobie ont bridé les capacités d’analyse et d’anticipation de nos services jusqu’il y a peu.

Historien, chercheur et docteur en Philosophie et Lettres, Hervé Hasquin enseigna à l’Université libre de Bruxelles à partir de 1970 ; il en fut le recteur (1982-1986) et le président du Conseil d’administration (1986-1995). Parallèlement, il mena une carrière politique (sénateur, député, ministre) entre 1987 et 2007. Il a présidé l’Institut d’étude des religions et de la laïcité de l’ULB pendant de très nombreuses années, ainsi que le Centre de l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (2008-2011). Il a été élu Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique à la fin de l’année 2007.

Commande

-


Édition

Lieu

Bruxelles

   

Tome

   

Editeur

Académie royale de Belgique

   

Fascicule

   

Année

2016

   

Numéro

76

   

Numéro d'édition

76

   

Nombre de pages

144

   

Collection

L'Académie en poche

   

ISBN

978-2-8031-0551-9

   

Format

17,8 x 10,9 cm

   

Prix

7  €

   

Série

   

No fiche

4571

   
Top