Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Le mur d'enceinte et l'entrée du côté du Parc royal
Le mur d'enceinte et l'entrée du côté du Parc royal
Photo Luc Schrobiltgen
Le chemin menant des Écuries royales au Palais
Le chemin menant des Écuries royales au Palais
Photo Luc Schrobiltgen
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
L'Académie royale    Le Palais    Jardins

Jardins

Le Palais des Académies est posé dans un grand jardin planté d'arbres remarquables, parmi lesquels un hêtre pleureur, un Ginkgo biloba, un noyer noir et un catalpa. Plusieurs statues et monuments animent pelouses et allées : face au parc de Bruxelles, Adolphe Quetelet, secrétaire perpétuel de l'Académie durant quarante ans, est représenté par Charles Fraikin (1817-1893); plus loin le buste en bronze du ministre Jules Destrée (1863-1936) a été exécuté par Armand Bonnetain (1883-1973) et celui de Jean Stas (1813-1891) par Thomas Vinçotte (1850-1925). Proche du boulevard du Régent, la Surprise, chien en arrêt devant une tortue, est due à Jean-Baptiste Van Heffen (1840-1890). Dans le parterre central qui longe la façade du Palais, trois statues sur de hauts piédestaux encadrent la fontaine : une réplique du Discobole par Mathieu Kessels (1784-1836), Le vainqueur de Jean Geefs (1825-1860) et un Caïn maudit de Louis Jehotte (1804-1884).

Photos
Caïn maudit, par Louis Jehotte (1804-1884), bronze.
Photo Luc Schrobiltgen
Le vainqueur, par Jean Geefs (1825-1860), bronze.
Photo Luc Schrobiltgen
Discobole, par Mathieu Kessels (1784-1836), bronze.
Photo Luc Schrobiltgen
Surprise, par Jean-Baptiste Van Heffen (1840-1890), bronze.
Photo Luc Schrobiltgen
Buste de Jules Destrée, par Armand Bonnetain (1883-1973), bronze.
Photo Luc Schrobiltgen
Adolphe Quetelet, par Charles Fraikin (1817-1893), pierre.
Photo Luc Schrobiltgen
Buste de Jean Stas, par Thomas Vinçotte (1850-1925), bronze
Photo Luc Schrobiltgen
Le mur d'enceinte et l'entrée du côté du Parc royal
Photo Luc Schrobiltgen