Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Mobilisations citoyennes et transition écologique
Lieu
Site
Palais provincial de Namur
Local
Palais provincial de Namur
Adresse
Place Saint-Aubain 2, 5000 Namur
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Journal des leçons passées    Changer la société sans prendre le pouvoir
Mercredi
15  03
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 15 mars 2017 à 17 heures
Palais provincial de Namur – Palais provincial de Namur
Changer la société sans prendre le pouvoir
Développement durable, écologie, décroissance, transition: ces mots d'ordre se traduisent par des mobilisations diverses dans la population. Ce cours-conférence donnera des clés pour mettre en perspective les mouvements actuels et en comprendre leurs dynamiques.

Une première leçon, « Mobilisations écologiques : entre radicalisme et réformisme », brossera un tableau de l'évolution des idées et mobilisations écologiques des années 1960 à nos jours. Il s'attachera au contexte d'émergence de ces mouvements, à leurs idées et figures clés. Au départ, les revendications débordent les questions environnementales, et visent des changements de société et de valeurs. Les décennies suivantes voient une montée plus forte du réformisme environnemental à travers l'objectif de développement durable. Depuis la crise de 2008, des formes de mobilisation plus directes et complètes se multiplient. Cette leçon se conclura sur les points de convergence et de différence avec les mobilisations plus anciennes.

Une deuxième leçon, « Changer la société sans prendre le pouvoir », offrira une évaluation des nouvelles formes à travers lesquelles se manifeste la mobilisation pour la transition écologique - initiatives de transition, écovillages, « fablabs » ou « démocratie du faire ». Les mobilisations actuelles partent du postulat que la transition « intérieure », que traduisent par exemple les mouvements de la sobriété choisie ou de la « décélération », sont une condition de la transition sociétale. Elles posent à nouveaux frais la question de la politique et des nouvelles pratiques démocratiques. Elles insistent, enfin, sur la dimension territoriale de la transition, afin de surmonter les impasses d'une transition conçue sur une base sectorielle.
Programme
17:00
19:00
Changer la société sans prendre le pouvoir
Intervenant
Photos
Photo FTPN: C. Genard