Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
L’idée de race au siècle des Lumières
Lieu
Site
Palais des Académies
Local
Écuries royales
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Journal des leçons passées    « Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères…  » L’idée de race dans l’œuvre de Voltaire
Mercredi
21  10
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 21 octobre 2015 à 17 heures
Palais des Académies – Écuries royales
« Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères…  » L’idée de race dans l’œuvre de Voltaire
« Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères »… Cette injonction de la célèbre prière à Dieu, qui referme le Traité sur la tolérance, a contribué à bon droit à l’iconisation d’un Voltaire, apôtre de la tolérance religieuse et défenseur du droit des hommes. Turcs, Chinois, Juifs, Siamois, nous sommes « tous enfants du même père, et créatures du même Dieu », le grand horloger qui a présidé à l’ordonnancement de l’univers. Certains textes, pourtant, semblent démentir, ou du moins tempérer, cette philanthropie inconditionnelle : pour être égaux entre eux, les êtres humains sont néanmoins répartis en groupes supérieurs et inférieurs.

Voltaire ne le cache pas, il est un farouche défenseur du polygénisme. Dès 1734, le Traité de métaphysique postulait l’existence de plusieurs races humaines. Le narrateur, « descendu sur ce petit amas de boue, et n’ayant pas plus de notion de l’homme que l’homme n’en a des habitants de Mars ou de Jupiter », se livre à une description circonstanciée des êtres vivants qu’il rencontre: pas de doute, il existe des différences spécifiques entre les races humaines ! Hypothèse hardie dont les dérives discriminatoires apparaissent clairement aujourd’hui, mais qui permettait au philosophe de ruiner définitivement le discours des théologiens et d’en finir avec le mythe d’Adam et Ève. Les digressions sur les nègres et les Hottentots, que l’on retrouve fréquemment dans son œuvre, amènent Voltaire à conclure définitivement à la supériorité de la race blanche et à légitimer l’esclavage, dont il remet pourtant en cause les modalités.

Dans le cadre de ce cours-conférence, nous aimerions replacer la pensée anthropologique de Voltaire dans le contexte qui l’a vu naître. Les combats du philosophe apparaissent en filigrane du discours scientifique mais restent tributaires de préjugés largement répandus malgré progrès des Lumières.
Programme
17:00
19:00
« Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères…  » L’idée de race dans l’œuvre de Voltaire
Intervenant
Photos
Photo Philippe Molitor