Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateurs
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Colloque « Pe/a/nser le corps en scène »
Lieu
Site
Palais des Académies à Bruxelles
Local
Salle à déterminer
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Leçons    Colloque « Pe/a/nser le corps en scène »
Deuxième journée
Vendredi
09  03
09:00
Inscriptions
clôturées
Vendredi 9 mars 2018 à 09 heures
Palais des Académies à Bruxelles – Salle à déterminer
Colloque « Pe/a/nser le corps en scène »
Deuxième journée
Le modèle de la cognition incarnée (embodiment) s’est diffusé tant dans les neurosciences que dans les sciences humaines. L’hypothèse fondatrice est que les fonctions corporelles (sensorielles et motrices) sont des constituants à part entière de l’esprit, et non pas des systèmes secondaires au service de l’esprit. Autrement dit, le corps fait partie intégrante de la cognition : nous pensons et ressentons les choses en fonction de ce qui se passe dans nos systèmes sensoriels et moteurs. De nombreuses disciplines ont intégré cette sensibilisation à la dimension de la corporéité (le «  sujet agent-patient » en sémiotique par exemple), active dans l’expérience esthétique.

Le spectacle vivant a majoritairement pris appui en Europe (seulement) sur la «  coprésence » de l’acteur et du spectateur. Cette identité spectaculaire fait fond notamment sur le corps du comédien/performeur/danseur (improvisation de la Commedia dell’arte, organicité chez Grotowski, préexpressivité de Barba, etc.), qui permet à la scène et à la salle de s’inventer ensemble dans l’instant de la représentation. Mais le corps a aussi été perçu comme instrument de transmission du savoir social, fournissant une trace plus pérenne tant de l’expérience performative de l’artiste que de la relation biologique acteur-spectateur.

La scène contemporaine modalise de manière plurielle la matérialité du corps signifiant : elle exhibe des systèmes non représentationnels, des forces de création spontanée, expose le réel en plateau. A l’inverse, -  et n’est-ce pas paradoxal  ? -, l’émergence somatique se double d’interrogations sur le corps biologique et ses limites, en créant en scène des «  états de corps » extraordinaires, en touchant à l’articulation des corps parlant er vivant, en réarticulant l’intelligible et le sensible, le physique et l’imaginaire, le matériel et le virtuel. Quels sont les enjeux de ces mutations ?

Par ailleurs, transformé sous l’effet des nouvelles technologies, de l’intermédialité, le socle idéologique des «  arts de la présence », liés au corps physique, ne perd-il pas de sa solidité ? L’acteur peut être présent en temps réel mais non dans l’espace, il peut être présent dans l’espace mais supplanté par sa propre image médiatisée, il peut donner l’illusion d’être là, mais ne l’est pas, il peut être fragmenté : la voix et la chair peuvent être déconnectés, de même que l’image et le son. En d’autres termes, le spectacle dissocié de la coprésence corporelle et matérielle, et en direct, de l'acteur et du spectateur peut-il encore être catégorisé comme art vivant ?

Telles sont quelques questions que des spécialistes, théoriciens issus de différentes disciplines et praticiens, examineront au cours du colloque.

Comité scientifique

Axel Cleeremans, Académie royale de Belgique, Université libre de Bruxelles
Jacques De Decker, Académie royale de Langue et de littérature françaises de Belgique
Ghislaine Del Rey, Université Nice Sophia Antipolis
Hervé Hasquin, Académie royale de Belgique
André Helbo, Académie royale de Belgique, Université Libre de Bruxelles
Katia Légeret, Université de Paris 8
Michèle Noiret, Académie royale de Belgique
François Ost, Académie royale de Belgique, Université Saint-Louis Bruxelles
José María Paz Gago, Universidade da Coruña
Concha Perez, Universidad de Sevilla
Philippe Sireuil, Académie royale de Belgique
Élodie Verlinden, Université libre de Bruxelles

Qui sont les intervenants ?
Programme
Expérience du corps physique et coprésence
09:00
09:20
Corps dans le noir

Isabelle Reck (Université de Strasbourg)

09:30
09:50
États de corps extraordinaires en scène : pour une expérience transculturelle de la danse contemporaine

Katia Légeret (Université Paris 8)

10:00
10:35
Discussion et pause
10:35
11:20
Incorporer la connaissance. Conférence dansée (5 interprètes). Danser The Dog Days Are Over de Jan Martens ou hériter d’une danse flamande

Philippe Guisgand (Université de Lille)

11:20
14:00
Discussion et pause
14:00
14:20
Où est passé le vivant ? Les organes et le masque dans l’entraînement de l’acteur

Jean-Pierre Triffaux (Université Nice Sophia Antipolis)

14:30
14:50
Donner corps au concept. De Calderón aux dramaturgies espagnoles

Carole Egger (Université de Strasbourg)

14:50
15:30
Discussion et pause
15:30
17:00
Table ronde

Patrick Bonté, Frédéric Dussenne, Michèle Anne De Mey, Michel Kacenelenbogen, Nicolas Mouzet Tagawa, Camille Panza, Jaco Van Dormael et Ingrid von Wantoch Rekowski

Modérateur : Christian Jade (RTBF)

17:00
Conclusions
Documents préliminaires
Affiche - format pdf
Prospectus - format pdf
Photos
Photo Philippe Molitor