Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Et si l’Euro avait été une erreur historique  ?
Lieu
Site
Bruxelles
Local
Salle à déterminer 5
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Leçons    Et si l’Euro avait été une erreur historique ?
Mer
26  04
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 26 avril 2017 à 17 heures
Bruxelles – Salle à déterminer 5
Et si l’Euro avait été une erreur historique ?
L’euro est une décision politique, et elle est louable.

Mais les paramètres économiques n’ont pas suivi.

En effet, la pérennité de la monnaie unique fut postulée sur une fluidité totale des facteurs de production, c’est-à-dire le travail et le capital. Le capital devait s’investir dans les pays faibles de la zone euro tandis que le travail devait migrer dans les pays forts, sous la coupole d’une politique industrielle cohérente.

Ce mouvement est inabouti et la rupture entre le Nord et le Sud de la zone euro reste profonde : le Nord et de la zone euro (et cela se résume essentiellement à l’Allemagne) présente un surplus commercial (c’est-à-dire qu’il exporte plus qu’il n’importe) et fonde insuffisamment sa croissance sur la consommation interne tandis qu’on expurge les économies du Sud de la zone par des dévaluations internes.

Sans modification de gouvernance endéans les 5 à 10 prochaines années, plusieurs pays du Sud auront succombé sous une monnaie trop forte, tandis que l’Allemagne aura bénéficié d’une capacité exportatrice excessive au détriment de sa consommation intérieure.

Cette réflexion sur l’euro doit aussi tenir compte du véritable problème qui affecte les économies européennes, à savoir l’endettement public existant et futur (c’est-à-dire le déficit de financement constitué pour les pensions et les soins de santé des personnes âgées). Sauf à croire que cet endettement peut être autoritairement financé par l’épargne domestique ou par la création monétaire, il devra l’être partiellement par des créanciers étrangers. Ceux-ci nous financerons si l’euro reste une devise crédible. Ne fut-ce que pour cette raison, il faut réfléchir à la formulation de la politique monétaire et budgétaire européenne basée sur la solidarité.

Il est impossible de conserver une coupole monétaire fédérale avec les politiques fiscales et budgétaires qui restent domestiques, c’est-à-dire contestables.
Programme
17:00
19:00
Et si l’Euro avait été une erreur historique ?
Intervenant
Photos
Photo Philippe Molitor