Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférenciers
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Les « collaborateurs » avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? Regards nouveaux sur les épurations d’après les deux guerres mondiales en Belgique
Lieu
Site
Bruxelles
Immeuble
Écuries royales
Local
Écuries royales
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Leçons    Les « collaborateurs » avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? Regards nouveaux sur les épurations d’après les deux guerres mondiales en Belgique
Mer
25  02
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 25 février 2015 à 17 heures
Bruxelles – Écuries royales
Les « collaborateurs » avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? Regards nouveaux sur les épurations d’après les deux guerres mondiales en Belgique
La Belgique est le seul pays d’Europe occidentale ayant été occupé deux fois par une puissance étrangère durant le 20 e siècle. L’impact de ces périodes exceptionnelles - notamment des sorties de guerres - sur l’organisation et le fonctionnement de la société est majeur. Destinées à restaurer l’État démocratique et ses institutions, garantir l’ordre, relancer la vie sociale et économique, les transitions politiques post-conflit sont primordiales dans la reconfiguration de la société belge. La mise en œuvre de politiques épuratoires est au cœur de ces transitions. Elles répriment les « traîtres » (inciviques, collaborateurs), ayant œuvré tant pour des raisons idéologiques, matérielles sociales ou économiques aux desseins de l’occupant.

Lors de chaque conflit, la répression de la collaboration est un phénomène pluriel (mesures judiciaires, professionnelles et extra-légales), d'ampleur et long. Les enjeux en sont multiples : il s'agit d'abord de garantir l'ordre. Il s'agit ensuite d'affirmer le retour aux affaires de l'État dans un domaine régalien. Parfois, il faut contenter l'opinion publique. Enfin, il s’agit de réhabiliter les condamnés pour qu’ils deviennent des citoyens démocrates. L’analyse des systèmes répressifs doit prendre en compte ce contexte, que considérer les multiples formes, lieux et temps où la répression des collaborations s’exprime.

Face à un sujet longtemps polémique, les historiens ont su multiplier ces dernières années les perspectives innovantes. Ce cours-conférence en dresse un bilan et développe une lecture inédite et croisée des répressions et des épurations à l’issue des deux guerres mondiales. Comparant les deux réalités, pour en souligner les parentés et différences, nous revenons sur les différents registres qui sous-tendent les dynamiques épuratoires pour en éclairer les conséquences sur la société belge et les clivages qu’elles participent à y instaurer.
Programme
17:00
19:00
Les «  collaborateurs » avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? Regards nouveaux sur les épurations d’après les deux guerres mondiales en Belgique
Intervenants
Photos
Photo Philippe Molitor