Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Populisme, rejet des États et capitalisme anglo-saxon
Lieu
Site
Bruxelles
Immeuble
Palais des Académies
Local
Salle à déterminer
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Leçons    Populisme, rejet des États et capitalisme anglo-saxon
Jeu
21  03
17:00
Inscriptions
clôturées
Jeudi 21 mars 2019 à 17 heures
Bruxelles – Palais des Académies – Salle à déterminer
Populisme, rejet des États et capitalisme anglo-saxon
Jour après jour, nous sommes confrontés à de nouvelles réalités sociétales. Le populisme gagne presque tous les pays d’Europe. Les ruptures sociétales ont de profondes généalogies. Je situe leur origine dans les années quatre-vingts. Après un quart de siècle de mondes cloisonnés hérités du second conflit mondial, la décennie maudite des années soixante-dix combina la fin de l’ordonnancement monétaire (avec deux chocs pétroliers qui en découlèrent) et la mutation de l’économie manufacturière vers celle des services. Les années quatre-vingts furent jalonnées, à leur commencement, par l’instauration du néo-libéralisme dans les pays Anglo-Saxons et, à leur fin, par la chute du communisme. Le capitalisme perdit son contre-modèle qui permettait un renvoi dos-à-dos idéologique. Le travail, qui avait reconstruit le monde dévasté et dépeuplé de 1940-45, céda le pas à la prédominance du capital. Même l’emploi est devenu le « marché » du travail. Si l’efficacité supérieure du capitalisme n’est plus à prouver en termes de prospérité collective, la répartition de ses bienfaits exige des pouvoirs politiques adéquats. En effet, un système capitaliste risque de suffoquer sous ses propres excès puisqu’il ne connait aucune régulation sinon l’expression du prix formé par des lois d’offres et de demandes. Faute d’une tempérance étatique mondiale, le monde suffoque dans un système économique qui accélère sa propre dynamique. C’est dans ce contexte que les émergences politiques trouvent des terreaux fertiles car certains personnifient l’apaisement d’un monde utopique tout en entretenant le danger et les menaces du monde présent.
Programme
17:00
19:00
Populisme, rejet des États et capitalisme anglo-saxon
Intervenant
Photos
Photo Philippe Molitor