Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Conférencier
Matières
Matière
Société, lettres et arts
Cours-conférence
Quel respect pour la tolérance ?
Lieu
Site
Namur
Local
Palais provincial
Adresse
Place Saint-Aubain 2, 5000 Namur
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Le Collège Belgique    Leçons    Quel respect pour la tolérance ?
Mercredi
12  09
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 12 septembre 2018 à 17 heures
Namur – Palais provincial
Quel respect pour la tolérance ?
« La tolérance, il y a des maisons pour cela » écrivait Claudel. Le mot ravit par son esprit mais étourdit par sa lettre. Est-ce à dire que cette vertu n’aurait pas toutes les vertus ?

C’est que la réalité est ambiguë. S’il peut y avoir, plus que de la non-violence et de la patience dans la tolérance, de l’indulgence et même de la bienveillance, il peut aussi y avoir de l’impuissance, de la complaisance ou de l’indifférence, en sorte que la tolérance n’est parfois que le masque de l’intolérance, sa continuation par d’autres moyens. Et pour cause.

Historiquement, c’est à une époque d’extrême intolérance, celle de la conquête du Nouveau Monde et des guerres de religion, qu’ont été posés, en Occident, les jalons d’une conceptualisation de la tolérance. L’intolérance pouvait y prendre trois formes : le rejet de l’autre suite à la négation, par la raison, du fait qu’il soit même ; l'absorption de l’autre suite à l’imposition, par la contrainte, du même à l’autre ; la répression de l’autre suite à la conjuration, par la persécution, de l’autre dans le même. Face à l’intolérance, coûteuse, la tolérance a bientôt paru heureuse. Encore fallait-il réussir à définir ce contraire autrement que négativement.

Car que dire de la tolérance sinon qu’elle ne fait envers les différences, elle, pas usage de la force, mais du respect, au point d’ailleurs de ne sembler tenir qu’à et dans le respect des différences - ou plutôt dans le respect des distinctions : privé/public, maison/travail, foi/raison, etc.  ? Mais le respect des différences qui fait précisément les tolérer, c’est-à-dire les souffrir, n’est pas encore le respect des personnes qui fait les reconnaître et les honorer. Or, n’est-ce pas celui-ci qui conditionne celui-là, et non l’inverse ?

D’où, pour nous qui avons à ressaisir la tolérance en évitant à la fois de mener à l’intolérable et de tomber dans l’intolérance par trop ou trop peu d’ouverture d’esprit, la question de savoir quel respect devoir à la tolérance.      

Programme
17:00
19:00
Quel respect pour la tolérance ?
Intervenant
Photos
Photo FTPN: C. Genard