Les Actualités / « L'économie de marché est-elle juste ? », une session spécial

« L'économie de marché est-elle juste ? », une session spéciale du Collège Belgique

Ce que nous appelons « la » crise, celle qui a débuté en 2008, a sans doute plus que d’autres suscité cette question : l’économie de marché est-elle juste ? Ou, au contraire, porterait-elle en elle-même les inégalités, le chômage de masse, la pauvreté, en un mot, « l’horreur économique » ?

Le Collège Belgique a voulu proposer une session de six conférences avec pour ambition de cultiver ce jardin du bien et du mal et de fournir à ses auditeurs une sorte de « boîte à outils » leur permettant de se forger leur propre opinion.

La première leçon posera la question de la vraie nature du marché. On montrera comment le marché peut, dans certaines conditions, arriver seul à un équilibre et que cet équilibre a des propriétés étonnantes, notamment du point de vue de la justice sociale. On s’interrogera également sur les critères de cette justice : au fond, qu’est-ce que « la vie bonne », celle qui, dit-on, « mérite d’être pleurée » ? (Jean-Pierre Hansen)

Cependant, il suffit d’observer l’histoire ou l’actualité économiques pour se rendre compte que, loin d’être stable, l’économie est en fait une suite de déséquilibres. Deux des causes essentielles de ces déséquilibres sont l’innovation et les crises.

La deuxième séance questionnera donc le phénomène de l’innovation et ses agents les plus actifs : l’entrepreneur et l’entreprise. Fondamentalement destructrice, en ce sens qu’elle bouleverse l’ordre éternel des choses, l’innovation est le moteur de la vie économique. Les entrepreneurs, ceux qui « volent le feu aux dieux », ne seraient-ils pas, comme les héros des mythes grecs, voués à la malédiction ? Et, pour l’éviter, comment (re)donner un sens à ce qui, depuis deux cents ans, a initié le progrès ? (Philippe de Woot)

Ensuite, on s’interrogera sur les causes et l’histoire des crises ainsi que sur les remèdes qui ont été proposés. L’économie n’est pas une science exacte ; elle s’apparente plutôt à l’art de l’ingénieur, où il s’agit d’utiliser différents corpus pour construire un ouvrage. Dans ce domaine, rien n’est univoque et l’on présentera les choix que la pratique a retenus et ceux qu’elle a disqualifiés. (Bruno Colmant)

Mais ce qui fait notre époque, c’est « la mondialisation » de l’économie : l’extension du domaine de l’entreprise et l’effacement des États nationaux. Or ceux-ci avaient notamment pour mission de fixer des normes (juridiques, sociales, environnementales, morales) pour l’exercice de l’activité économique. Dans le village global, y a-t-il des raisons de penser qu’une nouvelle « fabrique de normes » est en cours de constitution ? Et sous quelles formes pourrait-elle assurer une nouvelle régulation ? (Benoît Frydman)

La production de normes est une chose, leur respect et la sanction des manquements en est une autre. Comment la philosophie et la pratique du droit doivent-elles évoluer pour tenir compte de ce nouveau champ et de ces nouveaux signes ? Le triptyque droit-morale-marché nous invite-t-il à revisiter les fondements mêmes de notre manière de juger ? Par exemple, l’usage de la propriété peut-il ou doit-il être limité pour éviter un hiatus entre « Wall Street » et « Main Street » ? (Xavier Dieux)

Enfin, l’économie ferait-elle l’objet d’un phénomène que l’on observe parfois dans d’autres sciences sociales et qu’on appelle la performativité : ou, pour le dire simplement, éprouve-t-elle « le poids des mots » ? En effet, il est des situations où le simple fait de nommer un phénomène le fait naître à la vie et d’autres non. Le discours économique façonne-t-il lui-même sa propre réalité ? (Alain Eraly)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Équilibre de l’économie et critères de « justice »

Jean-Pierre Hansen (membre de l'Académie royale de Belgique)
MAR 11.03 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’innovation
Philippe de Woot (membre de l'Académie royale de Belgique)
MER 19.03 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La fabrique des normes globales
Benoît Frydman (membre de l'Académie royale de Belgique)
MER 26.03 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le poids des mots : quand les modèles construisent la réalité
Alain Eraly (membre de l'Académie royale de Belgique)
JEU 03.04 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les crises économiques
Bruno Colmant (membre de l'Académie royale de Belgique)
MER 23.04 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

« Wall Street vs Main Street » : les limites du droit de propriété
Xavier Dieux (membre de l'Académie royale de Belgique)
JEU 08.05 — 17:00-19:00

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coordinateur et responsable académique :
Jean-Pierre Hansen (membre de l'Acaadémie royale de Belgique)

Les leçons du Collège Belgique sont ouvertes à toutes et à tous.

L’inscription est souhaitée sur la page de l’activité, à l’adresse www.collegebelgique.be

Palais des Académies
Rue Ducale 1 − 1000 Bruxelles

Contact :
www.academieroyale.be
Bruxelles, Palais des Académies, rue Ducale 1 1000 Bruxelles - collegebelgique@cfwb.be

Sous l’égide de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique
Avec le parrainage du Collège de France

Documents téléchargeables

Prospectus de la session spéciale « L'économie de marché est-elle juste ? »

Affiche de la session spéciale « L'économie de marché est-elle juste ? »


Zoom

 

Top