Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Les Publications    Toutes les publications    Étude de la morphologie des structures à l'aide des indicateurs de volume et de déplacement
Philippe Samyn

Étude de la morphologie des structures à l'aide des indicateurs de volume et de déplacement

Textes du quatrième de couverture du mémoire

Le volume de matière V d’une structure de dimension principale L dont tous les composants sont sollicités à une contrainte convenue σ et présentent un module d’élasticité E sous un ensemble de forces extérieures de résultante F peut, sous certaines conditions, être déterminé exclusivement par sa géométrie. Il en est de même pour le déplacement statique maximum de cette structure.

Toute structure devient comparable lorsque L = 1 m, σ = 1 Pa, E = 1 Pa et F = 1 N, et elle présente un volume W = σV/(FL), appelé indicateur de volume, et un déplacement Δ = Eδ/(σL), appelé indicateur de déplacement. Ces indicateurs dépendent exclusivement de la géométrie de la structure et de son rapport L/H, L étant dimension significative de la structure et H sa plus grande dimension perpendiculaire.

Ceci reste vrai, et ces nombres adimensionnels sont indépendants de l’effet d’échelle, tant que les phénomènes d’instabilité élastique et la matière nécessaire aux assemblages des composants de la structure peuvent être négligés. La sensibilité de W et Δ à ces deux facteurs et l’effet d’échelle peuvent cependant aisément être évalués.



Né à Gand en 1948, Philippe Samyn est docteur en sciences appliquées, architecte, ingénieur civil et ingénieur urbaniste. Il a été élu membre correspondant de la Classe des Beaux-Arts de l’Académie royale de Belgique en 1992.

Sa démarche, tout comme son enseignement aux Facultés des sciences appliquées de la Vrije Universiteit Brussel et de Mons ainsi qu’à l’Institut supérieur d’architecture de la Communauté Française (la Cambre), est basée sur un questionnement permanent largement alimenté par ses nombreuses missions à l’étranger, la pensée latérale et ses travaux scientifiques.

En particulier, sa découverte en 1997 des indicateurs de volume et de déplacement fait depuis lors l’objet de développements scientifiques continus conduisant à une théorie générale et ouverte sur la conception et le prédimensionnement des structures.

Avec ses équipes d’architectes et d’ingénieurs, sa production en ingénierie et en architecture se développe dans les secteurs les plus variés en Europe tant qu’outre-mer : d’un opéra à une station d’essence, d’un hôpital à un pont, d’un centre de recherches à un plan d’urbanisme.

Les deux derniers ouvrages publiés sur son oeuvre sont :
– Marc Dubois, Philippe Samyn, Architecture and engineering 1990-2000, Birkhäuser Verlag Basel-Berlin Boston, 1999 (ISBN 37643-6067-4) ;
– Philippe Samyn et Pierre Loze, Devenir Moderne ? Entretien sur l’art de construire, éditions Mardaga, Liège, 1999 (ISBN 2-87009-714-4).


Photo de jaquette :

Il y a actuellement un certain paradoxe à vouloir produire de l’énergie « verte » à l’aide d’éoliennes, vu la grande quantité de matériaux utilisés pour la construction de leurs mâts et de leurs fondations, et vu le lourd équipement nécessaire pour hisser les turbines au sommet du mât.

Les mâts et fondations des éoliennes classiques se composent typiquement d’une large et lourde structure tubulaire en acier, reposant sur une épaisse dalle en béton, elle-même parfois supportée par un grand nombre de pieux. La pollution du sol due à cette importante quantité de béton coulé sur place constitue à son tour un problème écologique. Enfin, la présence imposante du mât est impropre à certains sites.

La méthode faisant l’objet du présent ouvrage a permis à l’auteur de développer une configuration très légère de mât d’éolienne équipée de haubans retrousssés.

Cette morphologie offre en outre la possibilité de lever le mât verticalement après l’avoir équipé, au sol, de sa turbine et de ses pales, en utilisant les propres câbles du mât pour le soulever. Il n’est ainsi plus nécessaire de recourir à un lourd équipement de levage, ce qui permet d’implanter des éoliennes également dans des sites reculés.
Édition
LieuBruxelles
ÉditeurAcadémie royale de Belgique
Année2004
CollectionMémoires de la Classe des Sciences
Formatin 4°
Série3
TomeV
Numéro2018
Nombre de pages482
ISBN2-8031-0201-3
Prix35€
N° Fiche2067
Documents
Philippe Samyn, Étude de la morphologie des structures à l’aide des indicateurs de volume et de déplacement - format pdf