Message
Fermer
Mot de passe oubliéCréer un compte
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Who's who    Béatrice Didier

Béatrice Didier

Née le 21 décembre 1935, à La Tronche (Isère), Béatrice Didier est professeur émérite à l'Ecole normale supérieure. Elle y assure un séminaire "Littérature-musique" et participe à l'organisation du centre de recherche qu'elle a créé, "Lumières, Révolution, romantisme". Sont rattachés à ce centre des séminaires pour l'élaboration des "Œuvres complètes" de Chateaubriand" (Champion). Elle fait également partie de l'équipe "Journal et papiers de Stendhal" de Grenoble III.
Commandeur de l'ordre des Palmes académiques (1990) et officier de l'ordre du Mérite (2002).
Qualités
Académie / Collèges / Belgique / Conférencier
Adresses
Privé / Prof.Adresse
École normale supérieureÉcole normale supérieure, Madame Béatrice Didier, Département littérature et langage, Rue d'Ulm, 45, 75005 Paris 05
Télécoms
Privé / Prof.GenreTélécom
BureauE-mail bureaubeatrice.didier@ens.fr
École normale supérieureFax bureau+ 33 1 44 32 20 99
École normale supérieureTéléphone bureau+ 33 1 44 32 30 21
Biographie / Bibliographie
Curriculum vitae de Béatrice Didier - format pdf
Cours-conférences au Collège Belgique
DateCours-conférenceLeçon
12/10/2011Session spéciale « Les lumières révolutionnaires »La musique de la Révolution à la recherche d'un renouvellement : le rôle des choeurs à l'opéra dans les Fêtes révolutionnaires
Audios
Les Lumières révolutionnaires - « Lumières », « Révolution », les termes ont souvent passé pour de parfaits antonymes. Et pourtant, l’expression « Lumières révolutionnaires » n’est ni contradictoire, ni provocatrice : elle suppose que soit entreprise une lecture qui s’affranchisse de toute vision unilatérale d’un moment historique. On le sait, la thèse de la continuité entre Lumières et Révolution prend des allures très polémiques, dès lors que les révolutionnaires ou les contemporains de la Révolution tentent de porter un jugement sur les événements auxquels ils participent ou qu’ils voient se dérouler. Ces éclairages opposés se sont maintenus jusqu’à nos jours. Ainsi s’affrontent encore les partisans de la théorie du complot, forgée dans le clan des Anti-Lumières et autres contre-révolutionnaires, selon laquelle le clan encyclopédique aurait fomenté la Révolution, et ceux qui perçoivent les révolutionnaires comme les diffuseurs des Lumières. Les Lumières révolutionnaires existent pourtant : elles sont rationalistes, plurielles et mobiles. Ce cours-conférence a pour objectif de l’illustrer. À travers les huit conférences de ce cycle, qui touchent à la politique, à la littérature, à l’art et à la philosophie, nous tenterons la description d'une époque, en saisissant le mouvement de la pensée, entre continuité et dépassement.
Actualités
DateTitre
2 mars 2012Les météorites en Antarctique, Marie Stuart et le choeur dans l'opéra à la Révolution française