Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Conférencier
Matières
Matière
Sciences et technologies
Cours-conférence
Les marbres wallons à travers la tourmente révolutionnaire (1780-1820)
Lieu
Site
Namur
Immeuble
Palais provincial
Local
Palais provincial
Adresse
Place Saint-Aubain, 2, 5000 Namur
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Activités    Reporté à une date ultérieure. Les marbres wallons à travers la tourmente révolutionnaire (1780-1820)
Mer
22  04
17:00
Inscriptions
clôturées
Mercredi 22 avril 2020 à 17 heures
Namur – Palais provincial
Reporté à une date ultérieure. Les marbres wallons à travers la tourmente révolutionnaire (1780-1820)
La tradition marbrière multiséculaire de Wallonie a subi au tournant des 18e et 19e siècles toute une série d’évolutions qui en ont beaucoup modifié le paysage. Il s’agit d’abord de changements techniques, avec développement de scieries hydrauliques le long de divers cours d’eau, qui ont facilité le débitage des marbres en tranches minces et donné naissance à de nouveaux produits tant en décors intérieurs qu’en ameublement. En parallèle, les goûts du public ont considérablement évolué, délaissant les matières chamarrées pour privilégier des marbres plus sobres, dans la gamme des gris et des blancs importés, puis des noirs et des noirs mouchetés. C’est alors que l’on prend l’habitude de polir le petit granit, auparavant surtout pierre de taille. Les troubles révolutionnaires vont brouiller le tableau, dispersant les maîtres d’ouvrages nobles et religieux, et détruisant nombre de réalisations de prestige - ce qui a créé un important marché de produits de seconde main. Il faut aussi souligner l’énorme trafic de colonnes marbrières monolithes, dont Napoléon lui-même a été instigateur. La création de l’Empire et la signature du Concordat ont donné un nouvel élan à l’industrie marbrière, notamment pour l’obligation de réaménager les sanctuaires et de décorer à la mode palais et châteaux. Ce mouvement s’est poursuivi à l’époque hollandaise, où la stratégie industrielle du roi Guillaume 1er a concerné aussi l’industrie extractive. Ce sont souvent les mêmes familles, de longue tradition, qui ont œuvré avant et après la Révolution.


Bibliographie sélective

C. CARPEAUX, CR. MARCHI, M. MERLAND & FR. TOURNEUR, Pouvoir(s) de Marbres, Liège (Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, dossier n°12), 236 pages, (éd.), 2004.

É. GROESSENS & FR. TOURNEUR, Le rouge et le noir… ou le roman passionnant des plus beaux marbres wallons !, dans J. Toussaint (dir.), Rouges et Noirs, rubis, grenat, onyx, obsidienne et autres minéraux rouges et noirs dans l’art et l’archéologie. - Monographies du Musée provincial des Arts anciens du Namurois - Trésor d’Oignies, 67, p. 34-57, 2014.

FR. BOULVAIN & FR. TOURNEUR, Pierres et marbres en Wallonie. Reconnaissance et genèse, Bruxelles, Académie royale de Belgique, collection L’Académie en poche, 69, 106 p, 2015.

FR. TOURNEUR, Le réseau du marbre entre les Pays-Bas méridionaux et la France avant les grands travaux de Versailles ou les prémices d’une apothéose, dans A. Hurel (dir.), La France savante, Paris (éditions électroniques du CTHS, Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 140e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques tenu à Reims en 2015, p. 289-296, 2017.
Programme
17:00
19:00
Les marbres wallons à travers la tourmente révolutionnaire (1780-1820)
Intervenant
Photos
Photo FTPN: C. Genard