Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
22 décembre 2020
Lauréats des prix de la Classe des Sciences décernés en 2020
En raison de la situation sanitaire, les séances publiques des Classes de l'Académie au cours desquelles sont proclamés les prix n'ont pu avoir lieu. L'Académie a toutefois souhaité mettre en avant les lauréats sur son site internet.

Vous trouverez ci-dessous la liste des lauréats pour la Classe des Sciences.

CONCOURS ANNUEL 2019 – Groupe IV : Biologie animale

Question : On demande de nouvelles recherches sur les mécanismes de photoréception chez les échinodermes.

Lauréat : M. Jérôme Delroisse, pour son mémoire intitulé New Research findings on the photoreception mechanisms in Echinoderms » qui pose les jalons de recherches futures.



Jérôme Delroisse est zoologiste et s’intéresse à la photoréception extraoculaire des organismes marins. Après un master en biologie des organismes et écologie à l'UMONS, il effectue une thèse au sein de l'unité de biologie marine de l’UMONS et en étroite collaboration avec l'UCLouvain. Il réalise ensuite un postdoctorat au sein de la Queen Mary University de Londres afin de parfaire ses connaissances. Jérôme Delroisse est actuellement chargé de recherche FNRS à l'UMONS.

PRIX EUGÈNE CATALAN – Mathématiques, 11e période quinquennale (2015-2019)

Créé en 1964, ce prix est décerné tous les cinq ans à l’auteur d’un travail original dans le domaine des sciences mathématiques pures.

Lauréat : M. Antoine Gloria.



Après des études à l’École polytechnique à Paris, Antoine Gloria a soutenu une thèse en mathématique. Post-doctorant à l’Université de Bonn, puis chercheur à Inria Lille, il rejoint l’Université libre de Bruxelles en 2012. Il est spécialiste des équations aux dérivées partielles dans un contexte probabiliste. Lauréat d’une ERC starting grant en 2013, puis d’une ERC consolidator grant en 2019, il est actuellement professeur à l’ULB et à Sorbonne Université.

PRIX DU FONDS LÉON ET HENRI FREDERICQ (2019)

Créé en 1969, ce prix est décerné à un chercheur qui se sera particulièrement distingué par des recherches originales dans le domaine de la physiologie de tous les organismes ou dans celui des sciences apparentées, telles que la biologie moléculaire, la biochimie, la biophysique, la pharmacodynamie, etc.

Lauréat : M. Andy Chevigné, pour ses travaux sur le mécanisme d'activation des allergènes majeurs des acariens de poussières et les mécanismes d'activation et de régulation des récepteurs couplés aux protéines G (GPCRs).



Le Dr Andy Chevigné a obtenu son doctorat en biochimie du Centre d’Ingénierie des Protéines de l’Université de Liège en 2008. Il rejoint ensuite le Laboratoire de Rétrovirologie du Luxembourg Institute of Health (LIH) et dirige depuis 2012 le groupe d’Immuno-Pharmacology and Interactomics au sein du Département d’Infection et Immunité du LIH. Spécialiste des récepteurs couplés aux protéines G (GPCR), il est également chargé de cours adjoint à la Faculté de Médecine de l’Université de Liège.


PRIX DU FONDS HOMÈS-VAN-SCHOOR – Physiologie, 3e période quinquennale (2015-2019)

Créé en 2003, ce prix récompense un physiologiste.

Lauréat : M. Massimiliano Corso, pour ses travaux concernant l’homéostasie, le transport et l’accumulation de métaux chez les végétaux.



Massimiliano Corso est un biologiste des plantes intéressé par l’étude des métabolites spécialisés. Après avoir obtenu son doctorat à l’Université de Padoue (IT) en 2014, il rejoint l’équipe dirigée par Nathalie Verbruggen à l’Université libre de Bruxelles (BE). En septembre 2019, M. Corso a été recruté à l’INRAE de Versailles (FR) où il développe un projet de recherche visant à caractériser le rôle des métabolites spécialisés dans la nutrition minérale et la tolérance des plantes aux stress.


PRIX ÉMILE LAURENT – Botanique, 54e période quadriennale (2016-2019)

Créé en 1907, ce prix est décerné à l’auteur ou aux auteurs d’un travail original relatif à la botanique, y compris les applications agricoles et horticole.

Lauréat : M. Marc Behr, pour ses diverses contributions dans le domaine de la botanique et, plus particulièrement, une contribution significative à la caractérisation moléculaire des parois cellulaires végétales, notamment de la tige du chanvre, au cours de la période quadriennale.



Diplômé ingénieur en viticulture-œnologie en 2008, Marc Behr travaille pendant 4 ans sur les goûts moisi-terreux des vins. En 2018 et sous la supervision de Stanley Lutts, il défend à l’UCLouvain sa thèse de doctorat, portant sur les acteurs moléculaires de la formation des parois de tige de chanvre, en partenariat avec le Luxembourg Institute of Science and Technology. Il est depuis 2018 postdoctorant à l’ULB dans le groupe de Marie Baucher, où il étudie la formation du bois chez le peuplier.


PRIX ADJUDANT HUBERT LEFEBVRE – Botanique, 32e période triennale (2017-2019)

Créé en 1923, ce prix est décerné pour récompenser un travail original de botanique ou pour faciliter des recherches en botanique.

Lauréat : M. Nicolas Magain, pour ses travaux consacrés à l’évolution des symbioses entre champignons et cyanobactéries chez les lichens.



Nicolas Magain étudie les symbioses (principalement les lichens) des points de vue évolutif, écologique et génomique. Ses recherches ont permis la découverte de grandes variations dans la spécificité de ces interactions. Il a aussi découvert de nombreuses espèces inconnues. Après un doctorat sous la supervision du Professeur Sérusiaux (ULiège, 2010-2014), puis des recherches postdoctorales dans le laboratoire du Professeur Lutzoni (Duke University, 2015-2018), il est à présent chargé de cours à l’ULiège.


PRIX ÉDOUARD MAILLY – Astronomie, 31e période quadriennale (2016-2019)

Créé en 1892, ce prix est accordé à un chercheur en astronomie ou à toute personne qui, par ses écrits ou ses conférences, aura contribué à répandre le goût et la connaissance de cette science.

Lauréat : M. Emmanuël Jehin, pour la qualité de son dossier scientifique, d'une part, et ses nombreuses contributions relatives à la vulgarisation de l'astronomie, d’autre part.



Après une thèse de doctorat à l'ULiège, Emmanuël Jehin a passé sept ans au Chili à l'Observatoire européen austral (ESO). Aujourd’hui, il est maître de recherche au F.R.S-FNRS au sein de l'Institut STAR de l’ULiège et y enseigne dans le master en Sciences Spatiales. Emmanuël Jehin est spécialiste de l'étude des petits corps du système solaire, et plus particulièrement des comètes. Il est responsable du projet TRAPPIST (TRAnsiting Planets et PlanetesImals Small Telescopes), qui a permis en 2017 la découverte du système exoplanétaire TRAPPIST-1. Passionné par les étoiles depuis son plus jeune âge, il est très impliqué dans la vulgarisation de l'astronomie, notamment auprès des jeunes et au sein du Groupe Astronomie de Spa qu'il préside.


PRIX BARON NICOLET – Aéronomie, 11e période biennale (2018-2019)

Créé en 1998, ce prix est décerné à un chercheur de renommée internationale qui se sera particulièrement distingué dans le domaine de l’aéronomie.

Lauréat : M. Shohei Aoki.



Le Dr Shohei Aoki est planétologue, chargé de recherches au FNRS. Ses recherches sont menées à l'Université de Liège et à l'Institut royal d'Aéronomie spatiale de Belgique (IASB-BIRA). Il étudie les atmosphères des planètes telluriques, telles que Mars et Vénus. En particulier, il étudie l'atmosphère de Mars à l'aide d'instruments embarqués sur des orbiteurs et des télescopes au sol afin de comprendre son climat, sa dynamique, sa chimie et son évolution. Il est co-investigateur de l'instrument NOMAD à bord de l'orbiteur ESA ExoMars Trace Gas, de l'instrument PFS à bord de l'ESA Mars Express et de l'instrument MIRS à bord du JAXA Martian Moons eXploration. Il a également mené des campagnes d'observation de Mars et de Vénus par les télescopes Subaru, IRTF, SOFIA et ALMA.


PRIX DU FONDS MAX POLL – Zoologie, 9e période triennale (2017-2019)

Créé en 1991, ce prix est destiné à récompenser un travail de recherche en zoologie dans les domaines de la systématique, de l’anatomie comparée, de la zoogéographie ou de l’écologie animale.

Lauréat : M. Denis Michez, pour ses recherches sur les abeilles en parfaite adéquation avec les intérêts scientifiques de Max Poll.



C’est sa formation d’ingénieur en Sciences agronomiques qui a ouvert la porte du monde fascinant des insectes au Dr Denis Michez. Il a ensuite enchainé par un doctorat à l’UMons et un postdoc à Cornel University (USA), premièrement sur la systématique des abeilles sauvages et ensuite sur leur conservation. À l’UMons, son équipe travaille maintenant pour comprendre les impacts des facteurs de déclin globaux comme les pesticides ou les changements climatiques, dans l’objectif de proposer des plans d’action, locaux et globaux.


PRIX JOSEPH SCHEPKENS - Recherches agronomiques, 30e période triennale (2017-2019)

Créé en 1922, ce prix est accordé tous les trois ans à l’auteur d’un travail original en sciences agronomiques, à l’exclusion de la génétique et de la phytopathologie et entomologie appliquée.

Lauréat : M. Guillaume Lobet, pour sa contribution scientifique importante en développant une approche intégrative du système racinaire des plantes.



C’est lors de son mémoire de Master à l’UCLouvain que Guillaume Lobet découvre le monde fascinant des racines de plantes. Sa passion pour le monde végétal souterrain l’a amené à faire un doctorat à l’UCLouvain (2008), suivit d’un mandat de chargé de recherche FNRS à l’ULiège. Depuis 2016, il est chargé de cours entre Forschungszentrum Jülich (DE) où il poursuit sa recherche sur la modélisation des racines, et l’UCLouvain où il enseigne la biologie végétale dans la faculté des Bioingénieurs.


PRIX PIERRE-JOSEPH ET ÉDOUARD VAN BENEDEN – Biologie, 34e période triennale (2017-2019)

Créé en 1913, ce prix est décerné à l’auteur ou aux auteurs d’un travail original en biologie du développement ou biologie cellulaire.

Lauréat : M. Igor Eeckhaut, pour ses travaux sur la biologie du développement des holothuries.

Igor Eeckhaut effectue ses études universitaires à l’UMons d’où il sort licencié en sciences zoologiques en 1989. Il devient docteur en sciences en 1995 en réalisant un travail original sur la biologie de myzostomides, symbiotes obligatoires d’échinodermes. Actuellement professeur à l’UMons, il y enseigne des matières relatives à la biologie animale. Ses recherches portent essentiellement sur la biologie des invertébrés marins, particulièrement sur leur ontogenèse (gamétogenèse, embryogenèse, biologie larvaire, métamorphose, biologie des juvéniles).


PRIX BARON VAN ERTBORN – Géologie, 40e période biennale (2018-2019)

Créé en 1922, ce prix est décerné tous les deux ans à un travail de géologie.

Lauréat : M. Antoine Tryantafillou, pour ses travaux, à la fois de terrain et par voie expérimentale, sur l'évolution des zones de subduction et, en particulier, sur l'élaboration des arcs magmatiques.



Antoine Triantafyllou est maître de conférences en géologie au Laboratoire de Géologie de Lyon : Terre, Planète, Environnement. Ses recherches portent sur l’étude des processus magmatiques et métamorphiques profonds et leur impact sur l’évolution de la croûte terrestre. Il a entamé son parcours académique en Belgique à l’ULB, puis a mené un doctorat entre les universités de Mons et de Nantes et ensuite a poursuivi ses recherches via plusieurs post-doctorats aux États-Unis, en France et en Belgique.


PRIX ADOLPHE WETREMS – Sciences mathématiques et physiques, 94e période annuelle

Créé en 1926, ce prix est décerné chaque année au chercheur à l’origine d’un progrès scientifique significatif et récent.

Lauréats : de manière conjointe, M. Denis Bonheure et Mme Anne de Wit.



Licencié en sciences mathématiques de l’Université libre de Bruxelles en 1999, Denis Bonheure obtient son diplôme de docteur en sciences à l’Université catholique de Louvain en 2004. Après un mandat de chargé de recherches au FNRS, il est nommé chargé de cours en 2009 puis professeur en 2014 à l’Université libre de Bruxelles. Ses recherches portent sur l’analyse d’équations aux dérivées partielles provenant de modèles de la physique mathématique. Il est auteur de 71 publications scientifiques.



Anne De Wit est professeur ordinaire dans le département de chimie de l'Université libre de Bruxelles où elle dirige l'Unité de chimie physique non linéaire. Son groupe de recherche qui comprend des théoriciens et des expérimentateurs s'attache à comprendre et analyser les dynamiques spatio-temporelles chemo-hydrodynamiques se développant dans des fluides réactifs. Ses recherches trouvent des applications en chimie des matériaux, en ingénierie et dans les sciences de l’environnement.


PRIX ADOLPHE WETREMS – Sciences naturelles, 94e période annuelle

Créé en 1926, ce prix est décerné chaque année au chercheur à l’origine d’un progrès scientifique significatif et récent.

Lauréat : M. Farid Dahdouh-Guebas, pour ses travaux novateurs sur l’écologie des forêts de mangrove, leur restauration et gestion.



Farid Dahdouh-Guebas (ULB, Systems Ecology and Resource Management) travaille quasi exclusivement sur les socio-écosystèmes des forêts de mangroves. Il est connu mondialement pour ses plus de 175 articles dans des revues scientifiques sur les fonctions, biens et services des palétuviers via la phytosociologie, les interactions plante-animale et l’ethnobiologie, sur la caractérisation et le suivi des mangroves via la télédétection et les outils de pré-alerte de dégradation écologique, et sur la préservation, réhabilitation, gestion et gouvernance des mangroves.