Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Conférencier
Lieu
Site
Cours-conférence donné à distance
Local
Cours-conférence donné à distance
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Lun
10  05
18:30
Inscriptions
clôturées
Lundi 10 mai 2021 à 18h30
Cours-conférence donné à distance
(en visioconférence) La peste porcine africaine en Gaume. Gestion d'une crise inédite en faune sauvage

Le 13 septembre 2018, la Belgique déclarait officiellement deux premiers cas de peste porcine africaine chez des sangliers en province de Luxembourg (commune d’Etalle). L’effet immédiat fut la perte de notre statut de "pays indemne de peste porcine africaine chez les suidés sauvages" avec des conséquences directes pour le secteur porcin. Ces cas positifs ont également alarmé les pays voisins puisque le foyer se situait à proximité de la France (12 Km) et du Grand-Duché de Luxembourg (17 Km). Si l’origine n’est toujours pas élucidée, l’introduction focale du virus dans notre pays est très probablement liée à une intervention humaine. En effet, en 2018, les cas positifs les plus proches (en République tchèque) étaient à plus de 1000 kilomètres du foyer belge.

Dès la confirmation des premiers cas, le Service Public de Wallonie, l'AFSCA, Sciensano, l’Université de Liège, la Protection Civile et les associations de chasseurs ont réagi très rapidement. Un comité stratégique a été créé et les différents intervenants ont travaillé en étroite collaboration. Des zones de restriction (une zone infectée et une zone périphérique non infectée) ont été instaurées conformément à la réglementation de l’Union européenne et des mesures de gestion y ont été imposées. Les objectifs à court terme étaient doubles : il s’agissait d’empêcher la transmission de la maladie aux porcs domestiques et de limiter la propagation du virus dans les populations de sangliers.

La première mesure ponctuelle a été l'abattage préventif de tous les porcs domestiques présents dans la zone infectée avec une interdiction de repeuplement. Au total, plus de 5.000 porcs ont été abattus. D'autres mesures, dont le renforcement de la surveillance dans toutes les exploitations porcines, la formation des vétérinaires, le renforcement des mesures de biosécurité et l'interdiction de rassemblement des porcs, ont été menées par l'AFSCA sur l'ensemble du territoire belge.

Parallèlement, le SPW imposait des mesures drastiques en faune sauvage. Les activités de chasse furent totalement interdites les premiers mois dans la zone infectée (~ 660 Km²) ainsi que les travaux forestiers et les activités de loisirs en forêt. L’objectif était de déranger le moins possible les sangliers afin d’éviter la dispersion d’animaux infectés.
Étant donné la survie du virus dans les cadavres en décomposition, la recherche active des carcasses et leur extraction de la forêt furent organisées en respectant de strictes consignes de biosécurité. Des opérations de dépopulation furent également mises en oeuvre par les autorités régionales (tirs de nuit et piégeages) afin, dans un premier temps, de diminuer les densités de sangliers en périphérie et ensuite, d’éliminer les populations résiduelles en zone infectée. Un large réseau de clôtures (~ 300 Km) a été progressivement installé à l’intérieur et autour des zones de restriction afin de stabiliser les populations de sangliers et, par là, de ralentir la progression de l’épidémie.

Toutes ces mesures de gestion ont été mises en oeuvre simultanément. Elles ont été adaptées en fonction du zonage et de la situation épidémiologique qui était suivie en continu grâce aux analyses virologiques réalisées sur tous les animaux trouvés morts et abattus. De septembre 2018 à fin décembre 2020, plus de 5500 sangliers ont été analysés et 833 cas ont été détectés viropositifs.

Après un peu plus de 2 ans de lutte, la levée des zones de restriction a été approuvée par la Commission européenne le 20 novembre 2020. Et le 21 décembre 2020, la Belgique a également retrouvé son statut "indemne de peste porcine africaine" au niveau de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Actuellement, une dizaine d’États membres sont infectés dans l’UE et seuls deux pays (la République tchèque et la Belgique) ont réussi à récupérer le statut indemne.
Les clés du succès de la "méthode belge" seront présentées lors cette conférence.
Programme
18:30
20:30
La peste porcine africaine en Gaume. Gestion d'une crise inédite en faune sauvage
Intervenant